Les DRM (systèmes de gestion des droits numériques) peuvent servir à contrôler l'accès à une œuvre, à en limiter ou en mesurer les usages (écoute, copie, redistribution...) ou encore, à "tracer" la circulation de la valeur au sein de chaînes complexes (auteurs, interprètes, producteurs, distributeurs, consommateurs, revente et redistribution...).

  • Y a-t-il des usages plus ou moins pertinents, efficaces, des DRM et quels en sont les exemples ?
  • Peut-on imaginer une économie de la musique (au-delà des productions amateurs) sans DRM et si oui, sous quelles formes ?
  • Peut-on à l'inverse imaginer des DRM qui répondent à la fois aux attentes des professionnels et des amateurs de musique ?