Question 1

Si vous deviez identifier deux évolutions majeures dans les pratiques de consommations et d'écoute musicale des quinze dernières années, lesquelles seraient-elles?

La dématérialisation de la musique et la persistance des réseaux numériques ont profondément modifié le comportement du public vis-à-vis de la musique. Les deux évolutions majeures sont à mon sens :

  1. Une surconsommation de la musique gratuite avec un stockage massif au moment et dans le lieu de son choix ;
  2. La personnalisation musicale des terminaux mobiles.

Questions subsidiaires

  • Quel rôle le numérique joue-t-il dans ces évolutions (déclencheur, catalyseur, etc.)

Le rôle du numérique est essentiel car il a tout simplement permis ces évolutions, notamment par les innovations technologiques telles que la compression-décompression, le transfert et le stockage de fichiers musicaux.

  • Si vous vous projetez dans 15 ans, comment ces évolutions pourraient-elles dérouler leurs conséquences?

Les concessions faites notamment en termes de qualité par une compression obligatoire à cause des capacités restreintes des réseaux et des terminaux seront abolies. Cela pourra se traduire par un environnement en haute définition sur l’ensemble des réseaux et supports.

Face à cette masse de musique mises à disposition, une indexation sémantique verra le jour afin de faciliter la recherche de fichier audio-vidéo.

Question 2

Si vous deviez identifier deux innovations majeures dans la manière dont les entreprises du secteur exploitent les possibilités économiques ouvertes par le numérique et les réseaux, lesquelles seraient-elles?

La téléphonie sur IP (cf. Skype)
L’indexation (cf. Google)

Questions subsidiaires

  • En vous projetant dans quelques années, quels effets ces innovations (ou d'autres auxquelles vous pourriez penser mais qui ne se sont pas encore manifestées) pourraient-elles avoir?

Rebattre les cartes des grands acteurs détenteurs de catalogues.
Emergence de nouveaux modèles économiques et de nouveaux acteurs

Question 3

En supposant qu'il subsiste un échange important de fichiers musicaux non commerciaux (couvert ou non par des dispositions de type « licence globale »), comment l'industrie musicale pourrait-elle retrouver les moyens de générer des revenus suffisants, afin de trouver le chemin de la croissance?

En redonnant de la valeur à l’objet manufacturé (tirage limité, HD…)
En étudiant des modèles économiques alternatifs (publicité, forfait, souscription…)
En investissant dans d’autres activités (concerts, merchandising, TV…)

Question 4 optionnelle

Si vous deviez imaginer deux scénarii économiques d'évolution de l'industrie à 5-10 ans, dont un serait positif, lesquels seraient-ils?

  • D’une part, les grands acteurs se concentrent afin de faire des économies d’échelle sur leurs activités qui deviennent hyper industrialisées

  • D’autre part, on assiste à une atomisation des petits labels dont les faibles coûts fixes et les possibilités de sous-traitance les rendent plus flexibles (et donc profitable) vis-à-vis des projets musicaux qu’ils défendent.